Home » Visite Pays » Visite Pologne » Visite Pologne – Domaines d’application

Visite Pologne – Domaines d’application

L’INNOVATION EN ACTION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET SOCIETAL : DES ILLUSTRATIONS PAR DOMAINE D’APPLICATION

 

La Pologne n’est pas réellement dans une démarche de transition énergétique.

L’industrie du charbon a un poids très important dans le pays (100 000 mineurs, près de 500 000 emplois induits et plus généralement 4 à 5 Millions de de personnes concernées par ce secteur d’activité – familles, économie locale). Les plans énergétiques prévoient l’utilisation de cette ressource nationale jusqu’en 2050. Il y a un enjeu de restructuration des mines, dont un certain nombre ne sont pas rentables. Le charbon est un secteur stratégique qui apporte l’autonomie énergétique au pays. Les autres formes d’énergies renouvelables (éolien principalement) se trouvent en situation très difficile suite à une modification des mesures de soutien du nouveau gouvernement.

Cependant, les initiatives locales ou privées (à Varsovie notamment via VEOLIA) prennent le relais pour aider dans l’effort de réduction du coût énergétique.

 

Eau

Les modes de consommation des ressources en eau sont marqués par l’histoire polonaise.

Conformément au modèle soviétique, les villes sont alimentées par des réseaux de chaleur urbain aux dimensions gigantesques et dont l’exploitation et la maintenance constituent des facteurs significatifs de consommation des ressources (eau et énergie).

Cette exploitation-maintenance désormais confiée à des opérateurs privés donne lieu à des innovations technologiques visant à optimiser la gestion et notamment faire face aux nombreuses fuites afin d’optimiser les consommations en énergie et en eau (Cf. Véolia).

Parallèlement, les citoyens ont été marqués sociologiquement par la fourniture de services publics à bas prix (eau, chauffage), système peu incitatif pour une rationalisation des consommations. Les opérateurs privés (Véolia) ou semi-publics (MPWiK) entreprennent donc en complément de leurs efforts d’innovation technologique des actions de sensibilisation afin d’accompagner les citoyens vers des pratiques plus économes.

 

Dans le domaine de la santé, les initiatives sont plutôt locales (cf plus bas dans le secteur Education). La ville de Wroclaw souhaite sensibiliser ses habitants qu’une bonne politique de gestion de l’Eau a des impacts majeurs dans la santé de tous.

La problématique de la qualité de l’air dans les villes est un enjeu croissant et semble constituer un axe de communication efficace auprès des Polonais, très sensibilisés à la pollution issue du chauffage au charbon dans les villes.

Nous avons rencontré à Wroclaw, notamment une politique d’éducation assez innovante sur la bonne gestion de l’Eau. Cette sensibilisation s’adresse aux plus jeunes dès la maternelle. Elle se poursuit le long de leur scolarité. Wroclaw a créé un parc dédié à la sensibilisation de l’eau : l’Aquapark (« Hypropolis ») avec une journée dédiée à l’eau (« Water day »).

 

La journée de l’eau a été créée pour renforcer la prise de conscience de l’importance d’une bonne gestion l’eau auprès de la population de Wroclaw.

L’agriculture est le secteur majeur de la Pologne d’une  forte croissance. Cette croissance économique masque le faible intérêt aux questions relatives aux enjeux de développement durable. La croissance du secteur de l’agriculture biologique est surtout marquée sous l’angle économique. Le respect de l’environnement apparait bien mais en filigrane. Un fait marquant tout de même : l’agriculture Polonais pratique la sobriété de par la nature de son activité : respect de son écosystème, dispendieux de toutes dépenses inutiles.  Toutefois, ce n’est que récemment qu’une réelle politique des déchets alimentaires pose ses bases, sous l’impulsion des réglementations européennes. Les données quantitatives et qualitatives sont toujours en cours d’études. Cela corrobore que cette gestion des déchets apparait bien en second plan face aux enjeux économiques. Une forte demande de conseil apparaît tout de même. Est-ce lié à l’absence d’une réelle prise de conscience sur le plan international sur cette problématique ? A quand une journée mondiale du traitement des déchets alimentaires comme ce qui peut se produire sur la journée de l’Eau.

Le secteur industriel Polonais est aujourd’hui marqué par une prédominance de filiales d’entreprises étrangères. Ces filiales ont une politique responsabilité durable issue des entités-mère. La Pologne bénéficie ainsi des projets et des initiatives portées par les grands groupes : utilisation d’énergies renouvelables,  réduction de la consommation énergétique, réduire l’empreinte carbone.

L’impact de l’industrie 4.0 reste marginal pour eux car ils recherchent en priorité une productivité compétitive soutenue par techniciens et ingénieurs de bons niveaux et peu chers[1]. Le SMIC est à 800 € et pour un Ingénieur débutant 2000€ par mois. Comme pour l’ensemble des pays à faible coûts, la Pologne peut perdre son attractivité à cause de l’inflation salariale qui va de 5% à 20% par an pour certains secteurs. Ils n’auront certainement pas le choix de rentrer dans le monde de la digitalisation industrielle et ceci surtout vis-à-vis des donneurs d’ordres européens (principalement allemands).

Pour cela, Le gouvernement Polonais lance plusieurs initiatives autour d’une plate-forme « Industrie 4.0 » devant permettre de répondre aux enjeux de l’impact du digital sur le marché industriel. A travers cette nouvelle plate-forme, le gouvernement souhaite développer tout un écosystème d’experts, de média, d’entreprises,  d’universités, d’écoles d’ingénieurs afin de construire le futur socle technique, fonctionnel et commercial de l’industrie 4.0 de la Pologne.

INFRASTRUCTURES DE RESEAU :

Les gestionnaires de réseau que nous avons rencontrés (chauffage urbain, alimentation en eau) ont engagé des programmes d’investissement pour réduire les pertes de leurs réseaux et améliorer leur efficacité. Ces actions passent également par un volet surveillance du réseau.

Il est à noter que ces exploitants ont une incitation économique à réduire les pertes du réseau mais n’ont pas d’incitation économique à développer de nouveaux services à destination de leurs clients pour les inciter à réduire leur consommation.

Les échanges ont également montré que la structure de certaines habitations collectives (compteur général et pas de compteurs individuels) et l’absence de dispositifs individuels de régulation du chauffage ont pu conduire à des gaspillages (se chauffer avec les fenêtres ouvertes).

La conception du réseau peut également être une source d’optimisation importante. Le réseau de chaleur de Varsovie développé sous la période soviétique a été dimensionné pour fonctionner avec des températures de fonctionnement significativement plus élevées que des réseaux de chaleurs analogues en Suède. Pour un même service rendu, les besoins énergétiques sont plus importants.

 

 

De par ses caractéristiques naturelles et sa volonté politique, la ville de Wroclaw apparait comme un modèle en construction de ville moderne et durable en rupture avec les schémas traditionnels polonais.

En basant son action sur la démocratie de proximité, la ville de Wroclaw développe une politique multiaxiale autour de la qualité de vie et du développement des investissements d’avenir en attirant les entreprises notamment étrangères.

Pour répondre à ses ambitions de devenir une smart city et une référence d’agglomération « verte », la ville s’appuie sur :

  • des relations étroites avec des réseaux européens,
  • les citoyens dans un modèle de communication à « double flux »  (enquêtes d’opinions et démarches de sensibilisation),
  • des politiques publiques exemplaires sur les sujets les moins réglementés au niveau national.

Cette démarche décentralisée témoigne de l’efficacité des initiatives locales dans la prise en compte des enjeux environnementaux.

Conclusion

 

[1] L’entité R&D de 3M indique que les robots et l’automatisation vont créer une forte demande de main d’œuvre qualifiée. Il est intéressant de noter que dans sa politique interne 3M accepte un temps de retour sur investissement plus long pour des projets liés au développement durable.