Home » Non classé » La Sobriété, un des éléments dans les scénarios de développement durable

La Sobriété, un des éléments dans les scénarios de développement durable

Ville frugale & sobre
Sobriété : solution pour un développement durable

C’est sous l’appellation de développement durable (même s’il vaudrait mieux parler de « soutenable ») que l’on regroupe généralement les différents concepts et les outils d’une économie plus respectueuse de l’environnement. Ce développement passera de toute façon par l’éradication de la pauvreté.

La place de la sobriété dans ces concepts est variable, d’un Etat ou d’un contexte à l’autre.

Dans son rapport de janvier 2017 l’association NégaWatt (Ref. et citation ?) développe et actualise sa thèse principale, celle d’une nécessaire et volontariste transition énergétique. Trois leviers complémentaires indispensables apparaissent : l’efficacité (tant de la production que de la consommation énergétique), le transfert des énergies fossiles vers les énergies renouvelables, enfin la sobriété, vue à la fois comme une réorientation de l’industrie et des services, une transformation de nos modes de consommation, et la construction d’un modèle social plus équitable et responsable.

Exemples :

  • En Allemagne, la trajectoire « Energiewende » (transition énergétique), démarrée à la fin des années 90 : Développement de plus en plus massif des énergies renouvelables avec, au moins dans le domaine du chauffage et dans le secteur de l’industrie, une obligation de mise en place de mesures d’efficacité énergétique (dans le neuf comme dans l’existant pour le chauffage) sans toutefois restreindre la consommation énergétique dans tous les secteurs et domaines.
  • En France, la trajectoire Negawatt

La sobriété énergétique est un concept qui a été popularisé par l’association Negawatt, qui distinguait dans ses scénarios de transition énergétique trois leviers :

  • La sobriété, c’est-à-dire une réduction de la demande énergétique finale (éteindre la lumière, réduire la température de chauffage,…),
  • L’efficacité énergétique, qui consiste à consommer moins d’énergie pour répondre à une même demande finale (changer ses ampoules pour des LED, changer sa chaudière pour un modèle plus performant,…),
  • Les énergies renouvelables, qui sont censées pourvoir tous les besoins résiduels après les actions de sobriété et d’efficacité.

Dans le domaine de l’énergie, le choix de la transition vers les sources renouvelables impose simultanément une diminution des consommations : les énergies fossiles ou le nucléaire ont pour caractéristique de fournir des niveaux de concentration de l’énergie sans commune mesure avec les sources renouvelables d’énergie, telles que le solaire et l’éolien, qui ne pourront pas produire en même quantité.

Par extension au domaine énergétique, la sobriété au sens large invite à considérer nos comportements : choix de modes de transports plus durables (marche, vélo, transports en commun plutôt que voiture), recyclage et tri des déchets, alimentation (circuits courts, bio), modes de consommation (achats responsables, consommation raisonnée), etc.

Des axes de solution sont apportés dans notre ouvrage. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *